Quand le web déclare la guerre à l'arme blanche

Publié le par M.

Aujourd'hui short post, pour big slap, ou comment un seul et même meta-media inspire une cause de façons multiples. Chez les Anglo-Saxons, outre le binge drinking et le mariage de William qui ne vient pas, le grand problème social et sociétal : c'est le crime à l'arme blanche.

 

On se souvient de cette fanstastique campagne, http://www.droptheweapons.org, qui permettait plus qu'une implication, une projection dans la peau d'un malheureux indécis : on ne vous montre pas, on vous donne à vivre. Démontrant ainsi que le malfrat n'est pas ce grand black super musclé, et gros dealer... Mais un petit monsieur tout le monde, influençable, qui se trouve en mauvaise compagnie, au mauvais moment, au mauvais endroit. Loin de déresponsabiliser le "délinquant", le spot soulignait la facilité, la banalité, de la situation, et poussait donc facilement à la responsabilisation des ados en leur proposant de se mettre "dans les baskets de...". Une strat' maligne, et super smart qui n'existait que via la dimension participative du web.

 

Non que le spot qui suit remette en cause l'efficacité de la première strat, il montre simplement, comment sur les mêmes constats, et insights l'on peut arriver à un traitement totalement différent. Ludique, esthétique, cette campagne insiste toujours sur la facilité, et la banalité d'une situation dont les conséquences vous dépassent... Là encore, tout est dans le traitement : le tag et le stop motion, au-delà d'une volonté évidente de parler à une cible urbaine et jeune, soulignent combien le basculement est facile, et arrive sans que vous ayez pu l'anticiper. Une campagne "to raise awareness" comme ils diraient outre manche, hyper juste donc : plutôt que de dénoncer et de mettre bêtement en garde, c'est presque une communication par l'absurde, une construction en creux, ou émotionnel et implicite sont plus efficaces qu'autoritarisme culpabilisant. Plus de projection implicante et participative, mais plutôt une réal' qui pousse à l'identification l'autre grand atout du web.  
Voilà donc une double claque! Sur l'intelligence de ces campagnes pour la bonne cause, mais aussi et surtout sur l'eldorado du "far oueb"... Où les possibles sont multiples, où l'audace est de mise, où le traité et la réalisation ne font qu'amplifier intelligence et pertinence stratégiques : où c'est tout simplement la justesse de l'idée qui prime. Big slap donc!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article