Quand le têtard prend sa fessée...

Publié le par M.

Vous le savez, One Slap A Post n'est pas de ceux qui se laissent acheter... Quand une démarche le défrise il slappe allégrement. Alors quand @buzilla_no10 lui envoie un mail pour faire écho à un article pondu en Mai dernier, les rouages se crispent et la baffe est prête à dégommer de la pomette par principe et sans ménagement.
Voici en trois mots l'objet de la sollicitation implicite à l'applaudissement :
"Vous aviez parlé il y a quelques mois du Worst job in the World, vidéo virale que nous avions lancé pour notre recrutement. Aujourd'hui, nous lançons une nouvelle vidéo pour recruter un stagiaire. [...] Elle est pas belle la vie? Non, sérieusement, allez faire un tour, ça vaut le coup. [...] N'hésitez pas à relayer l'info pour que de nombreux têtards viennent à notre rendez-vous :) Bonne journée, ciao!"  
Et comme pour finir de nous agacer ladite agence peaufine un jeunisme exaspérant (j'insiste lourdement, après le "ciao" on a droit au tu de rigueur et à l'incitation à garder notre liberté de plume, comme si on allait s'en priver....) s'inscrit dans nos followers, nous DM bref : la totale. Et ça, ça a le don de faire bouillir l'huile à moteur. Comme promis une bonne grosse fessée déculottée par principe!

La slap est donc prête, y'a plus qu'à  la rédiger. Ayant apprécié la première opé, et étant d'un naturel beaucoup trop curieux, la souris nous guide jusqu'à ladite page. Ethique et rigueur obligent.


Alors qu'est-ce qu'on en pense? Force est de reconnaître qu'il faut modérer la giffle. D'abord contraintes de décerner un bon point. Parce qu'à l'heure où l'on demande aux candidats et autres postulants de rivaliser d'intelligence et de pertinence créative pour soigner l'originalité de leurs candidatures, Buzilla fait partie de ces agences qui s'imposent ce qu'elles exigent de leurs futures recrues. Une slapette donc. En même temps on n'attire pas les mouches avec du vinaigre : ce bon point est vite modéré. Car si la première opé de recrutement était pertinente en ce qu'elle brossait un portrait un poil exagéré, et donc très appétissant, strat' en creux efficace, de nos métiers, on se demande encore où est la justesse de la seconde.... Une agence à la pointe, qui s'appuie sur les dernières technos, en amont de toutes les tendances, oui d'accord, mais nos recos ne passent-elles pas leurs slides à seriner à nos clients et prospects : "pas d'utilisation gratuite, seulement de la pertinence, rien ne sert de surfer sur la tendance si ça ne sert pas votre propos" ??? Alors quel est le message délivré ici? "Rejoignez notre baisodrome"?? Bien sûr que non, ce serait trop simpliste et linéaire : sans intérêt. Nous y lisons une démarche basique : surprendre, pour intriguer et retenir l'attention. Stratégie qui ne réinvente pas la roue, mais qui a fait ses preuves. Encore faut-il qu'elle soit juste. Ici, on reste avec le même arrière goût amer qu'après la fake sex tape de David et Courntey : "ouais ok, so what"?? Un premier contact sur une plateforme à mi-chemin entre chatroulette, et chat tout court, quelle est la valeur ajoutée pour l'agence, et plus encore pour le candidat??? La question reste entière....

Ce sera donc une demie-slapette molle pour Buzzilla qui signe là une opération sans grande envergure, dont le seul but semble être de faire de la visibilité quanti, plus que quali, dommage cette dernière démarche et la campagne qui l'accompagne ont un peu terni l'image que nous avions de vous... Conclusion du proviseur : peut mieux faire! 
Et vous, vous postuleriez??
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Renée Bäni 26/10/2010 12:35


Bonjour Marine,

Tu t'interroges sur le message adressé, donc je vais tâcher de te répondre. Comme tu l'as compris, il s'agit de recruter un stagiaire en marketing viral et médias sociaux. Et quelles sont les
qualités que nous attendons d'un stagiaire dans ce domaine? Savoir rebondir sur l'actualité (technologique notamment), lire régulièrement les blogs afin d'enrichir sa culture marketing d'exemples
concrets, et savoir s'exprimer sur les médias sociaux. Avec cette vidéo nous nous attendons à rencontrer directement ce type de profils.
Je ne t'ai pas contacté par hasard et simplement pour que tu fasses un article sur notre vidéo. Je t'ai contacté d'une part parce que tu avais déjà écrit sur le Worst Job in the World, mais aussi
parce que ton blog couvre la thématique du marketing, et également par curiosité. Qu'aurait à dire une slappeuse aguerrie sur notre campagne?
Les marques contactent aujourd'hui régulièrement les blogueurs pour partager leur dernière campagne. Libre à eux d'en parler ensuite! Je ne vois pas ça comme du spam ou de l'incitation, plutôt
comme un échange et une étape nécessaire pour rendre tout contenu viral. Je tiens moi même le blog de Buzzilla, et j'apprécie qu'on me fasse partager les derniers buzz, ça me permet d'apporter du
contenu inédit au blog.
Quand au "jeunisme exaspérant", c'est un ton de circonstance. Tu choisis d'adopter un ton volontairement tranchant, dynamique et familier sur ton blog, il est normal que j'adopte le même style.
Je m'abstiendrai de terminer ce commentaire par un smiley, au risque de me prendre un retour de slap.

Au plaisir d'échanger,

Renée de Numéro10


M. 26/10/2010 16:01



Hahaha (le coup du smiley me fait rire) merci Renée pour cette réponse point par point.


La stratégie d'approche que tu décris, est souvent maladroitement exécutée et donne régulièrement le sentiment d'être pris pour un pisse copie docile, nous réaffirmions juste notre liberté de
plume, une éthique chevillée au stilo bic de la machine à baffes, raison pour laquelle nous ne nous gênons pas pour fesser au martinet. Quant au jeunisme c'est un coup de gueule que nous poussons
souvent : GEN Y ou pas, on peut être formel et sympathique, pas d'obligation de tomber dans un discours à la limite du kikoo lol pour être efficace (tu n'en étais pas là c'est vrai).

Ceci étant dit, nous nous efforçons de ne jamais tomber dans la critique gratuite, et j'espère que tu ne l'a pas pris comme tel. Nous nous sommes octroyées le droit de remettre en question la
valeur ajoutée d'une telle opération parce que nous en doutons profondément, c'est une campagne d'image légitime, mais qui contrairement à l'opé worst job manque de fond de notre point de vue.
Partant avec un très bon a priori, nous avons été déçues par cette seconde tentative qui nous a semblé moins judicieuse que le premier volet.


Jamais deux sans trois, tenez nous au courant de la troisième et prochaine campagne que la slappeuse prépare ses gants!



Florian Sanson 26/10/2010 11:21


Il faut avouer que la vidéo est sympa...
Si tu ne vois que la vidéo... pourquoi ne pas postuler ?
Si tu connais le fonctionnement, tu as tout de suite moins envie (je parle du mail que tu as reçu et ce côté quanti... en contradiction avec le quali demandé dans la vidéo :) )

Mais n'est-on pas obligé de faire dans le quanti avant de sélectionner LA personne la plus quali possible ?

Je m'égare un peu non ?


M. 26/10/2010 11:27



Cest juste Flo! La démarche est sexy - sans mauvais jeu de mots- elle attire.. Mais sans exigence aucune. Quels résultats peut-on espérer?? Et au-delà des effets, c'est la démarche elle-même :
qu'est-ce qu'une telle initiative (et là je fais une abstraction objective du paquet cadeau, je ne parle que de la démarche de recrutement) dit sur l'agence? En quoi elle est attirante?
Différentiante certes, ça change de l'annonce toute naz sur capstage, et rien que pour ça la slapette molle était méritée : on salue l'effort. Mais ça c'est d'la forme, dans le fond c'est quoi le
message adressé?? C'est là qu'on est frustrées et déçues!