Quand la cravache claque, One Slap applaudit

Publié le par M.

Ce matin One Slap claque des deux mains pour une bien belle campagne de Vanksen : Le dancing- ensemble contre l'illettrisme.
Campagne dont le relais s'est limité à un article de trois lignes relayés sur les "blogs influents". Oui vous avez bien senti cet agacement : nous regrettons qu'une si jolie campagne n'obtienne qu'un avis si succinctement exprimé.



Alors, comme pour réparer l'outrage, One Slap va soigner sa plume, la dithyrambique. 
A juste raison! Une belle cause. Une slap. Peu médiatisé, l'illetrisme ne fait pas partie de ses causes pour lesquelles on se mobilise spontanément : l'espace est vampirisé par les violences faites aux femmes, la faim, et depuis ce matin les dérives sectaires... Or l'illetrisme est de ce fléau d'autant plus violent qu'il n'est pas ostensible : contrairement à l'escalope que vous arborez fièrement sur votre coquard, l'illettré dissimule cette tare honteusement. Et pourtant, il est plus handicapant que vos trois côtes cassées... Loin de nous l'envie de hierarchiser les nobles, simplement rappelons que l'illetrisme est un handicape quotidien, un véritable frein social, où la honte est plus forte que l'envie d'appeler à l'aide. Grand bien nous fasse de voir ainsi la sphère publicitaire se mobiliser avec tant de brio. 
Car oui c'est bien de brio qu'il s'agit. Comment qualifieriez-vous autrement cet art dont a fait montre Vanksen? Parvenir à mettre en scène une situation d'une criante banalité sans stigmatiser ni l'illettré : on sort des peintures caricaturales de l'ouvrier aux mains caleuses et à la gamelle crasseuse incapable de vous rédiger un devis, ni le spectateur : pour une fois on ne vous pousse pas à la culpabilité, celle de n'avoir pas en tête le malheur de ces hommes et de ces femmes chaque jour, celle de ne rien faire pour eux; on ne stigmatise pas la société non plus : son inertie, son manque de mobilisation... Rien de tout ça, simplement un message aussi humoristique que signifiant "L'illettrisme ça fait mal", où la pluralité des niveaux de lecture vous met une claque douloureusement lourde de sens; une peinture aussi juste ne peut aider qu'à la projection de chacun : "ah bah oui c'est un handicape quotidien, un vrai frein à la vie professionnelle et sociale". Notez notre multiplication de "simple" "simplement" "juste" : la bonne idée est toujours la plus simple. L'avènement d'une nouvelle évidence. Qui remplit ici admirablement son contrat : pousser à la prise de conscience, changer le regard, sans passer par la case pathos ni pitié. Juste une photo prise, un gros plan, aussi dérangeant que salvateur, qui souligne la facilité de l'exclusion.

 

Ensemble contre l'illetrisme donc.

Commenter cet article

tristan 18/10/2010 20:46


Une nouvelle initiative sur le handicap. elle s'appuie sur l'humour elle aussi, mais je pense qu'elle va bien au-delà en terme de sensibilisation !
http://www.jencroispasmesyeux.com/site/episode-3-sourd.html


M. 14/10/2010 12:40


Ah oui tu trouves? Pas d'appel à l'engagement en effet, mais parce que j'imagine que l'objet était moins une incitation à la mobilisation qu'un reminder, une volonté de mettre la cause en
lumière... Et du coup j'ai trouvé que la légèreté du traité évitait la désinvolture pour rester dans un sérieux grinçant. La frontière m'a semblé subtilement placée... non?
Visiblement interprétations multiples, mais globalement on se rejoint. Merci Tristan!


tristan 14/10/2010 12:13


Alors oui et non. Oui le film montre que l'illetrisme ça fait mal, mais so what ? Aucune action engageante pour les lettrés n'est suggérée, on reste au stade de la description.

Avec son humour assez mal placé, je trouve ce film assez fade en fade !

Merci du partage, c'est bien de voir de la publicité sur des causes délaissées