Menton envahit Gisburn

Publié le par M.

Attention prévoyez de la glace, c'est un véritable coup de poing qui s'annonce!

En effet, cette claque gigantesque qui est venue nous rosir les pomettes au réveil : c'est The Megane Experiment. Une "enquête sociologique" pour soutenir une promesse de marque des plus osées : une megane rend la vie plus belle, et donc par ricochet, une renault peut changer votre vie. Les mauvaises langues, celles qui ont la critique un peu trop facile lancerons à tout va "Insoutenable," "over-promissif," "beaucoup trop décalé".... Mais c'est justement ça qui est fort!!

 

 

 

Le premier défi pour vendre une voiture c'est de la sortir de la route : coup de maître de Renault qui parvient à vendre (du moins à tenter) sa mégane sur des arguments purement émotionnels, donc irrationnels, donc en faisant une abstraction absolue de toute technique, performance, esthétique... de tous les atouts et arguments que les constructeurs n'ont de cesse de nous refourguer : ils deviennent implicites, et secondaires. Ce qui prime c'est une promesse de marque d'une force sans appel : Renault rend la vie plus belle. Intenable? Bien entendu!! Mais étant illustrer par une opération de second degré, de cynisme et de dérision : nul ne peut la prendre au premier degré, et Renault se trouve donc parfaitement inattaquable! On vous l'a dit : une claque phénoménale!

Pour atteindre son objectif : s'implanter et conquérir un nouveau marché, Renault a choisi de s'appuyer sur les relations historiques de désamour entre les rosbeefs et les "frog eaters". Une caricature de franchouillard vient illustrer tous les clichés qui ont fait la renommée internationale de notre pré carré : arrogance, mépris, over-confidence, séducteur lourd, raffinement qui confine au snobisme, tout y est. L'acteur brillant incarne parfaitement un rôle qui semble avoir été fait sur mesure, et vient, pétri de bonnes (?) intentions apprendre the real (happy) life aux english.... 

 

C'est drôle, c'est fin, c'est hyper bien réalisé : outre le bon moment passé, ça illustre et incarne une stratégie de marque impertinente, audacieuse, intelligence, et incroyablement bien pensé. On vous l'avait dit : grosse claque!

Commenter cet article