Lanvin s'essaie à la gifle

Publié le par M.

Il y a des mots comme ça qui nous font bondir.... Reggaeton est de ceux là. De ceux qui quel que soit l'environnement et la situation nous font gigoter les orteils, bouncer le popotin.... Alors quand ce matin nous avons lu Lanvin + reggaeton, fatalement nous avons doublement bondi. Parce que le reggaeton est une musique de biatch assumée, et que Lanvin est un temple du chic : antithétique donc intrigant et séduisant. 

 

Ni une ni deux, nous armons la machine à baffes, prêtes à décocher une gifle d'ampleur tant nous aimons l'idée. 

 

 

 

Quelle ne fut pas notre déception quand : 

- nous avons réalisé que pitbull faisait office de reggaeton mami.... Pitbull.... 

- les mannequins n'avaient rien de biatch assumées.

Et c'est sans doute là que la machine à baffe se grippe : la volonté de wtf, de choquer, de surprendre, le décalage désiré ne fonctionne pas parce qu'il n'est pas joué jusqu'au bout. Le résultat de ce mix d'éléments justes : des codes musicaux en opposition totale avec les codes de la marque et de son secteur (pour mémoire Pitbull c'est ça :

 

 

 

pas franchement le comble de l'élégance et du raffinement); une mise en scène et en situation parfaitement inattendues (des mannequins expressifs on en voit peu, la moue boudeuse, ou le visage neutre et fermé est plutôt de mise), l'autodérision du directeur artistique qui vient jouer le jeu en fin de video ne nous ont finalement pas emballés. Les déhanchés non reggaetonesques nous laissent de marbre et finissent de nous convaincre : Petit Bateau avait raison "à quoi ça sert d'avoir des vêtements si on peut rien faire dedans". Or l'émotion est au coeur de l'acte d'achat, particulièrement dans le luxe. Si les petites robes font rêver, elles semblent contraindre le mouvement, laisser peu de place à l'émotion. Quand aux chorégraphies faussement gauches, elles nous laissent un gout tiède. On n'assume pas la danse de biatch, mais on n'assume pas non plus le totalement maladroit.... On n'est ni chaud ni froid en somme. Or il n'y a rien de pire que le consensus mou.

En conclusion, nous décernons une slapette pour le principe, et une bad slap pour la réal'. Oui, nous aussi on fait dans le consensus mou....  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

tom_nonbeliever 08/09/2011 13:10


si ça avait été vraiment gauche, ç'aurait été un sketch.
si ça avait été vraiment biatch, ç'aurait été une parodie.
Le consensus mou aurait été de choisir l'une ou l'autre de ces options.
Lanvin, c'est pas CollegeHumor.
L'exécution est parfaite, avec le juste décalage.

(ps: je ne m'attarde pas sur les fautes de grammaire et d'orthographe dont ce post est truffé)


M. 15/09/2011 14:46



Merci Tom_nonbeliever pour cette giffle bien sentie. Ma pommette en est encore toute rose! La fessée est aussi juste que méritée : un post écrit à la va vite équivaut à publier un brouillon, et
ce festival de fautes d'orthographe et de syntaxe me laisse encore toute honteuse. J'ai repris ma prose, et espère les avoir toutes reperées. Toutes mes confuses.

La trace de vos cinq doigts me flatte. Flattée d'être lue par vous. Heureuse d'engager la discussion autour d'un aussi joli sujet.
J'entends et je comprends. Mais je reste néanmoins sur ma faim. Sans doute parce que l'idée a suscité trop d'attentes. Consensus mou n'était peut être pas le bon terme en fin de compte....
Simplement l'idée si forte au départ, semble avoir perdu de sa puissance en cours de route.
Toujours est-il que ce petit clip ne m'a pas touché autant que je l'espérais. Il a le mérite de casser les codes, de sortir la marque de cet univers guindé, classique, conventionnel qu'est le
luxe; pour la tirer vers un univers beaucoup plus jeune. Elle se réinvente sans rien renier. Et c'est aussi fort que beau. Presque brillant. Néanmoins l'histoire me laisse complètement froide, ne
me touche pas. Question de réalisation? ou de crédibilité/légitimité de la marque à porter ce genre de discours? Il y a un point d'achoppement que j'ai peut être mal identifié. Mais il est
là....