L’iPhone 4 signera-t-il la mort d’Apple ?

Publié le par S.

solution-probleme-iphone-4.jpg

Pardon : je sais que parmi les fervents disciples de la sainte marque à pomme, certains vont hurler. Je prends le risque d’être une slappeuse slappée.

Le 24 juin dernier, Apple a sorti ce qui était attendu comme son nouveau bijou, l’iPhone 4. Processeur plus puissant, nouveau design qui fait de l’objet le Smartphone le plus fin du marché, autonomie accrue et nouvelle antenne sensée être, d’après Ô Steve Jobs "une merveille d’ingéniérie" -pour le détail des caractéristiques, c’est ici. Un portrait élogieux qui faisait (presque) frissonner la planète (ou au moins les fans de la marque et les geeks). Et pourtant: trois semaines plus tard, une claque bien sentie est venue calmer les enthousiastes. En effet, Apple fait face à la colère des acheteurs de l’appareil, puisque celui-ci est victime d’un défaut technique de taille, dûe à la fameuse antenne magique: l’iPhone 4 peine à capter correctement. Selon la façon dont il est pris en main, la réception du réseau varie de manière drastique. Conséquence: Consumer Report, magazine édité par une association de consommateurs aux Etats-Unis et l’UFC Que Choisir ont tous deux déconseillé l’achat du téléphone. Ainsi l’association française déclare que si "L'iPhone 4 se révèle être un très bon appareil, notamment pour les activités multimédia (Internet, courriel, synchronisation) ou encore le baladeur MP3", "il (leur) est tout de même impossible de conseiller aux consommateurs un smartphone qui peut "perdre" le réseau quand on le tient. Un téléphone sert à téléphoner!". Je vous vois inquiet: "Mais que fait Saint Steve ?!". C’est simple: Steve déçoit, en proposant de régler le problème en offrant une coque, le iPhone 4 Bumper, qui annihilerait le défaut lié à l’antenne –les utilisateurs les plus mécontents peuvent se faire rembourser le téléphone. Pire que cette demi-solution, le PDG d’Apple, d’ordinaire visionnaire et inspiré marketeur, a confessé l’inavouable: "nous ne sommes pas parfaits, les téléphones ne sont pas parfaits".

Aïe. Voyez-vous la joue rosir ? Cette marque dont les produits au design épurés se voulaient d’une parfaite simplicité, qui s’est construite en revendiquant de génies –donc d’individus approchant la perfection et ayant osé, un jour, penser différemment (pour la énième fois, le spot Think Different est ici capital dans la construction de l’ADN de la pomme)  cette même marque qui moquait les ordinateurs PC pour leurs cafouillages techniques et parce qu’ils n’étaient justement pas parfaits, eux (si, vous avez vu ces spots géniaux), fait le premier aveu de faiblesse de son histoire. Apple pourra-t-elle se relever de cette première éclaboussure apportée à son identité si aspirationnelle –si parfaite ? Déjà, les concurrents se gaussent de ces déboires, tels Samsung soulignant que son Galaxy capte bien, lui (les barres de réception sont à bloc), et Motorola qui n'a besoin d'aucune coque –l’occasion est si belle, comment les en blâmer ? :

Samsung.jpgMotorola.jpg

A date toutefois, les ventes d’iPhone 4 sont encourageantes avec 3 millions d’exemplaires écoulés dans le monde –c’est là le record commercial de la marque. Pourtant, la pomme devrait prendre garde. A trop écorner son mythe, l’Éden risque vite de perdre de son attrait, Apple devenant une marque comme une autre: faillible.

 

Sources:

01.net

Les Echos

Commenter cet article