Vai Vai, la boisson qui nous prend pour des c***?

Publié le par S.

Trop vieux trop tôt, en manque d'Omega 3, pas assez maigres ou déjà trop gros  -"mange et bouge" sinon tu vas "attraper l'obséité", celle-ci étant considérée par l'OMS comme l'épidémie du siècle, si si... Vous l'aurez sans doute noté, la santé est devenue, dans l'alimentaire, un argument marketing et publicitaire très bankable. Alors que les individus se montrent angoissés quant à leur santé, les marques, en bonnes sauveuses de l'humanité devant l'Eternel, viennent à la rescousse. Certes, cette ambition n'est pas nouvelle: Contrex nous promettait de nous aider à mincir il y a déjà dix-sept ans de cela. Depuis il y a eu Activia, Actimel, l'échec Essensis, ou encore les chocolats Acticoa qui promettent, entre autres, un effet relaxant.

Désormais, les boissons se remettent massivement à nous faire le coup de l'elixir magique. Candia a lancé sa Silhouette Active (déjà, l'idée de boire plus pour manger moins de boulettes nous laisse pantois, mais passons), Nestlé a suivi avec Nesfluid, sa gamme de boissons censées booster notre vitalité ou notre capital jeunesse. A défaut d'avoir testé le produit et d'avoir pu en constater les effets, reconnaissons le mérite de la marque qui joue, en média, la pédagogie pour mieux convaincre. L'on trouve ainsi en magasin des feuillets, fournis avec les bouteilles, afin que l'on se renseigne et que l'on ne croie pas la marque sur parole. Bon point pour Nestlé.

Malheureusement, tout le monde ne s'y prend pas aussi bien; c'est pourquoi le titre de ce post sent plus la slap façon fessée que les applaudissements enthousiastes. Parce qu'à force de vouloir nous mettre de la santé dans tout ce que l'on boit, certains annonceurs oublient l'essentiel: arrêter de faire passer des vessies pour des lanternes, et cesser de nous prendre pour plus bêtes que nous sommes. Notre cible? L'eau de coco Vai Vai. Sur le présentoir en magasin, on apprend qu'elle contient peu de sucre, a un effet drainant et isotonique (isoto...quoi?) mais aussi, ô joie, qu'elle promet d'être "délicieuse" et... "désaltérante":

 

Vaivai-copie-1.png

Vous noterez que les qualités les plus importantes d'une boisson (ne pas avoir un goût de dégueuli infâme et mettre fin à la sensation de soif) n'interviennent ici quasiment que comme accessoires ("vous avez du bol: une boisson qui EN PLUS de faire du bien, vous désaltera, dingue"). Le projet a beau être durable, collaboratif (à voir sur le site, ici), la communication est, elle, clairement à revoir: de bons principes ne suffiront pas à vendre un produit qui inspire la bad slap plutôt que la gorgée salvatrice (et désaltérante, rappelons-le).

 

 

Commenter cet article

Gaétan Laederich 30/11/2010 19:27


Bonjour,

En tant que créateur de Vaïvaï je me dois de répondre. Il est vrai que nous n'avons ni les moyens, ni l'expérience de Nestlé en matière de communication, mais franchement je vous trouve assez
dur... Nous (enfin moi surtout, ce n'est pas comme si on avait un service marketing :) ) avons souligné le fait que c'était bon et hyper désaltérant parce que c'est le cas... et malheureusement il
y a des boissons qui ne sont pas du tout désaltérantes, et d'autres qui ne sont pas bonnes non plus.

Enfin tout ça pour dire que ça ne m'a pas l'air très grave de toute façon, alors, de là à mériter un slap...

Peut-être pourriez-vous m'expliquer un peu plus ce qui vous déplait dans notre com'. Ce serait avec plaisir, nous avons besoin de conseils car nous sommes vraiment au début de notre aventure
entrepreneuriale...

Merci en tout cas d'avoir pris le temps de parler de nous, même en mal!


S. 06/12/2010 23:04



Bonjour et enchantée!


Ce que je reprochais essentiellement à Vaïvaï, c'était la maladresse suivante: faire passer en avant dernière position (n°6) la qualité désaltérante de la boisson, ce qui devrait à mon sens être
la propriété première de toute boisson -qui ne mériterait même pas d'être mentionnée, justement parce que ce devrait être évident. Il me semble que cette précision dessert le reste des arguments,
alors même que l'histoire racontée autour de la marque (l'engagement éthique notamment) sont séduisants. Un peu comme si une marque de nouveaux spaghettis bons pour la santé nous en vantait les
mérite en précisant, en bout de liste, qu'en manger coupera la fin: c'est bien le moins, je crois, pour des spaghettis, au même titre que le minimum que l'on puisse attendre d'une boisson, c'est
de couper la soif... En bref, je pense que sans mettre autant d'argent sur la table que Nestlé, il est possible de réajuster le discours de la marque de façon à ce que le consommateur (ou du
moins, moi :)), n'ait pas le sentiment qu'on se moque un peu de lui.


Voilà, j'espère malgré tout ne pas vous avoir trop froissé, et souhaite -quand même, une jolie vie à VaïVaï.