Alcool au volant : ça ne coûte pas la vie, ça coûte un bras

Publié le par S.

"Boire ou conduire, il faut choisir", "Celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas": on le sait, après l’apéro, une soirée arrosée, c’est Sam, le seul ami sobre du groupe, qui est tenu de prendre le volant. On le sait et pourtant… Que les institutions publiques optent pour des slogans jouant sur l’humour ou la responsabilisation des conducteurs, nous sommes encore nombreux à passer outre les recommandations –"t’inquièèèète, j’te juuuure : j’conduis encore mieux quand j’suis bourré".

Et si plutôt que de nous effrayer, nous culpabiliser, ou plus simplement de nous informer sur les risques encourus, on appuyait sur une corde nettement plus triviale: le porte-monnaie ? Cette idée qui fait "slap !" nous vient tout droit du Brésil, pays qui a depuis peu durci sa politique de lutte contre la conduite en état d’ivresse. Deux clubs de la nation de la caïpirinha, le Bar Aurora et le Boteca Ferraz, ont ainsi profité de l'initiative gouvernementale  pour tenter de sensibiliser leur clientèle d’une façon originale. Le principe est simple : les clients passent au bar régler leur note, et au lieu de se voir facturer leurs consommations, sont comptabilisés dans l’addition tous les frais qu’engageraient un accident de voiture. De l’ambulance à l’hospitalisation en passant par les frais du médecin ou de la radiographie, le montant total s’élève jusqu’à l’équivalent de 40 000$ US. Gloups. Cette claque bien salée signée Ogilvy a, sans surprise, plus que surpris les clients piégés. On vous l’accorde, pas sûr que dans le pays de la sécurité sociale, l’argument soit aussi efficace…

                      


 

Source

Commenter cet article